Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 07:04
L’Etreinte – Denise Bernhardt
© Auguste Rodin – Musée des Beaux-Arts de Lyon - © Photo J. Dornac
 
 
 
 
Ma tête ploie sur ton épaule,
Comme une fleur enivrée de soleil.
Mon corps contre toi se sublime,
Je ne suis plus qu’une âme
Qui se mêle à ton âme,
Tandis que le temps nous fige
Dans une promesse d’éternité.  
 
© Denise Bernhardt

Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « La mangrove du désir », aux éditions Le chasseur abstrait.


 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 07:18
RÉCUPÉRATION  DYNAMIQUE – Luce Péclard
 
 
Quand elle peut drainer des forces
Aux alentours disséminées,
La Poésie y puise
Pour mieux se propager.
 
En attirant à soi
Tous ces filins épars,
Elle tresse un câble de vie
D’une incroyable résistance.
Elle recycle une énergie
Sans cesse en cours de gaspillage.
Elle combat une entropie
Du haut en bas exponentielle.
 
Dans le désordre général,
La Poésie reste aux aguets.
Avec les déchets et les bribes,
Elle rebâtit sur les ruines.  

© Luce Péclard

Extrait du nouveau recueil de Luce Péclard, « Pars si tu peux » aux éditions du Madrier




Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Luce Péclard
commenter cet article
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 08:22
Des amours qui traînent – Yves Romel Toussaint
© Edvard Munch
 
 
 
Dans le couloir de mon cœur
Il y a des amours qui traînent.
 
Sur les murs de ma chambre
Qui a assassiné mes visions
Quand j’ai longtemps regardé
A travers une toile brodée
Au large d’un sourire
Epinglé de rêves
Et d’arrogances nocturnes
Il y a des amours qui traînent.
 
Plus je cherche ton visage,
Plus mes songes d’antan
M’appellent à te suivre
Là où tu es dans la paix.
 
Quand dans mon être il a plu
Aux cérémonies des yeux ivres
Et… au cœur de mes désirs insensés
Il y a des amours qui traînent.

© Yves Romel Toussaint

Extrait du recueil « La face double du rêve » écrit à deux plumes par Denise Bernhardt et Yves Romel Toussaint. Aux éditions Le Vert-Galant.



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 07:06
Quand l’interrogation saisit – Victor Varjac
© Salvador Dali
 
 
 
Quand l’interrogation
saisit
la gorge de mon cœur
j’entre dans le paysage
comme l’abandon
se livre
à la tendresse des feuilles…
Je n’ose plus bouger
tant la douceur du ciel
encore dans l’ineffable
submerge mon silence…
La jeunesse de l’aube
m'offre ses lèvres d’étoile
source de mon être
et découvre la flamme
dans le fruit d’un baiser…
Le vide n’a plus de force
et l’impatience du Temps
a perdu son Bouclier…
Ma vie enfin s’étire
s'étire à l’infini
oubliant le chemin
où traîne affreusement
le quotidien plombé
dans sa boîte promise
à une marche blême
jusqu’au bord de la chute…
… jusqu’à cette « oublieuse »
qui délaye le vécu
dans la main du multiple…
… Mais l’âme que je suis
n’appartiendra jamais
à la mutilation
du séjour terrestre…
Je voyage en délire
sur le chant du vertige
et le néant regarde
la naissance des mondes…
Je cherche dans la conque
de l’espace qui court
les bruits et les murmures
des astres qui se parlent…
La passion de l’ultime
fait apparaître l’ange
sur l’épaule du doute
à deux pas de la Source
où l’univers des dieux
cache « le grand secret »
dans l’écho des miroirs !...

© Victor Varjac
Antibes, le 23 juin 2011


Extrait du nouveau recueil de Victor Varjac « Les Fiançailles de l’Aube » aux Editions Chemins de Plume

 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Victor Varjac
commenter cet article
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 07:17
Mon jardin d’Automne – Béatrice Pailler
Photo J. Dornac
 
 
Entendez-vous au jardin détrempé la brise automnale qui sifflote, la bruine qui fredonne ? Sous la flanelle grise des cieux les chemins délaissés frileusement se pelotonnent. Voyez-vous les grands arbres désordonnés, leurs ramures ébouriffées ? Ils s’agitent, elles frissonnent, c’est la nature enjouée qui change de parure, s’effeuille et joliment se pomponne.
 
La futaie corsetée de cuirs, fauves et bruns, se coiffe, d’incarnat, d’une sanglante couronne. Ses fanfreluches et affiquets se colorent, se teintent, d’or, pour qu’au bal des feuilles dernières, se joue le récital d’automne. Farandoles et rondes folles, dans les senteurs de mousserons et de pommes, l’on entend le vent tout joyeux qui chantonne, provoquant dans un doux froissement la chute des belles désignées, ces feuilles épuisées qui faiblissent et s’abandonnent. Au festival de fin de saison sous la lumière qui rayonne et s’épanche, rehaussant l’éclat des rouges, ravivant la moire de leurs robes miellées, ces rousses madones savent, sans peur se réjouir, sans honte rougir. Mais, les voilà prostrées et dans la soie mordorée d’une révérence profonde, elles s’endorment sourdes au vent qui ronronne.
 
Ultime offrande qui embaume et nourrit la terre, parmi la grisaille d’un ciel pommelé, les effluves mûrissants, fruits fermentés de leurs corps pourrissants, se mêlent aux nuages monotones. Alors, avec des cieux brouillés de pluie, l’hiver s’invite saluant Déméter seule sans Perséphone. Et sous le vent qui s’époumone, forcit, le jardin dans sa parure flétrie, faite d’or, de cuivre terni, n’espère, ni n’attend plus personne.
 
© Pailler Béatrice
2014
 
Mention spéciale du jury en 2014 au concours international de poésie du Salon Orange



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 07:36
LE BAIN D'UNE DAME ROMAINE – Alfred de Vigny

 

Une esclave d'Égypte, au teint luisant et noir, 
Lui présente, à genoux, l'acier pur du miroir ; 
Pour nouer ses cheveux une Vierge de Grèce 
Dans le compas d'Isis unit leur double tresse ; 
Sa tunique est livrée aux femmes de Milet, 
Et ses pieds sont lavés dans un vase de lait. 
Dans l'ovale d'un marbre aux veines purpurines 
L'eau rose la reçoit; puis les filles latines, 
Sur ses bras indolents versant de doux parfums, 
Voilent d'un jour trop vif les rayons importuns, 
Et sous les plis épais de la pourpre onctueuse 
La lumière descend molle et voluptueuse : 
Quelques-unes, brisant des couronnes de fleurs, 
D'une hâtive main dispersent leurs couleurs, 
Et, les jetant en pluie aux eaux de la fontaine, 
De débris embaumés couvrent leur souveraine, 
Qui, de ses doigts distraits touchant la lyre d'or, 
Pense au jeune Consul et, rêveuse, s'endort. 
 
Alfred de Vigny
Le 20 mai 1817.
 
 

 

Repost 0
Published by jdor
commenter cet article
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 07:31
INTRADUISIBLE – Michel Duprez
Photo J. Dornac
 
 
 
Comment traduire ce qui doit d'abord être interprété ?
Comment interpréter ce qui est avant tout sensé traduire
À la fois nos pensées les plus secrètes
Et nos espoirs tellement démesurés
Qu'ils proviennent forcément d'une autre dimension ?
Comment réussir à adapter tout cela mot à mot
Sans trahir ce petit rien,
Cette vague idée plantée dans le décor,
Qui a poussé à contresens
Et donné vie à ceci.
Traduction, trahison :
Simple question de fidélité
Comme de respect
Par rapport à une version
Qualifiée d'originale.
 
© Michel Duprez

 

 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Michel Duprez
commenter cet article
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 06:56
Décors de rue – Michel Bénard
© Claude Carretta
 
 
 
Décors de rue, stères de bois,
Lampadaires et toits
S’endorment lentement
Sous le manteau de neige.
Un étrange silence
Assoupit le paysage,
Scintillant sous une lumière
Qui joue en demi-tons.
Décors de rue, stères de bois
Lampadaires et toits
S’inventent aujourd’hui
Des rêves en blanc.
 
© Michel Bénard.

 

 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 07:03
Transgresser les interdits – Ode
Photo J. Dornac
 
 
 
Transgresser les interdits
Pour la seule aventure d’Aimer
Ainsi s’annonce l’Être Nouveau
Dans la clarté de l’ivresse
Et les coulisses de la création
Retrouver le Souffle
Pour l’épanouissement du Monde
 
       La Parole à la lisière des archétypes
      Est un baume infaillible à l'archaïque meurtrissure…
 
© Ode

 

 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor
commenter cet article
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 07:10
Cœur à l’abandon… - Jean Dornac
© Edward Hopper
 
 
Sur les chemins arides
D’une noire solitude
J’ai promené mon âme
Et laissé mon cœur à l’abandon…
 
Le vide s’est saisi de moi
Et saigne mon corps
Jusqu’au délire et la folie
Jusqu’au noir parfum
Du rejet de la vie…
 
Les pires démons
Possédés comme des amants
Par de folles sarabandes
Grimacent méchamment
 
Je pensais rêver
Et finissais par me pincer
Jusqu’au cœur du sang
Mais rien n’y fit
Autour de moi, ils tournoyaient…
 
Pourquoi venaient-ils
Me hanter ainsi
Jour et nuit
Dans ma solitude ?
 
Etait-ce par compassion ?
Pour mieux m’humilier ?
Ou par gourmandise
Voulant voler mon âme
En me poussant à me tuer ?
 
Ils savaient que j’étais près
De la sinistre perdition
Ils ne voulaient pas manquer
Un gramme de ce que j’étais…
 
Si désertique que fut ma vie
Je décidais de la poursuivre
Chassant ainsi les petits importuns
Dans leurs propres ténèbres…
Car elle peut être belle l’existence
 
Par dépit ou manque de courage
C’est elle encore que je choisis
Jusqu’au jour funeste
Ou elle soufflera ma flamme…
 
© Jean Dornac
Lyon, le 23 septembre 2014

 

 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Repost 0
Published by jdor - dans Jean Dornac
commenter cet article

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche