Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 08:51

 

triste10.jpg

http://www.forum-poetique.net/t6254-les-amants-desunis



Les âmes s’en vont côte à côte et pourtant étrangères.
Dans la ville dévastée où tout vacille à contretemps
Un bémol s’obstine à obscurcir la flamboyance insolente des rires en cascade
Les orphelins du bonheur débarquent au port, lavés de tout espoir
La machine à broyer la joie ouvre sa gueule puante afin de recevoir l’empreinte de ces âmes en mal de jumelage.
Le voyage terminé, ils se sont trompés de gare
Ici tout s’estompe jusqu'à l’angoisse
Pas un geste d’amitié, pas un effleurement
S’absente l’amour
L’angoisse tisse sa toile autour de ces visages en pointillés marqués par les maux de l’âme amputée d’unions même saisonnières

Oui, elle se souvient encore comme si c’était hier ou plutôt aujourd’hui
Elle, lui sur la place par l’amour désertée
Lui, oubliant jusqu’au clin d’œil au moment d’éternité
Elle croyant encore à la complicité retrouvée
Non loin, la fenêtre ouverte bée sur la montagne ou s’exile la pleine lune dont la face ruisselle des stries dévastatrices d’une pluie d’illusions perdues
Les amants ou ce qui y ressemble s’amusent à jouer à s’aimer
Deux visages se grimant de silence, de peur et de demi-vérité
Elle se veut la source au printemps des amours renouvelées.
Lui ne connait plus de saisons que l’illusion d’une conquête d’été.
Le froid a emporté sa foi
Eux ce n’est plus deux mais la solitude jusqu’au moindre gémissement de leur contre-chant cascadant des « miserere » striant les empreintes de l’âme
Elle, la chevelure en éventail, le corps modulé de désirs, devient navire, océan, à la fois captive et conquérante des gréements et de la vague
Lui, phallus vengeur, bourlingue en terre étrangère son seul geste d’intimité et reçoit l’orgasme femelle, tel hommage a sa virilité
Les mots d’amour dérivent, hoquètent et se taisent, naufragés du bégaiement de l’angoisse
Un amour se noie dans la jouissance devenue stérile et pleure son pareil attiré par le sifflement des mirages aux illusions submergées de sable
Elle sait qu’il va faire nuit dans l’aube impalpable ou le coït terminé, les corps se séparent à nouveau étrangers
Une note enclavée dans le tumulte des émotions contraires hoquète sa démesure dans le courant-d’air
Sur le lecteur de disque John Hendricks fait des vocalises
Elle croit entendre claquer le fouet aveugle du néant dans l’embouchure de leur luxure
Il ne reste plus à quai que le mâle fonceur, dérivant les replis d’un antre dévasté
C’est l’agonie d’un amour qui n’arrête pas de mourir
Elle, devenue femme de passage, plie le bagage de ses attentes muettes
Lui, tourne le dos, avec pour seul aveu, un pantalon accordéonant sa mollesse le long de deux cuisses musclées maquillées de la fragmentation d’une semence mort-née
Dans l’ombre, l’âme endolorie étreint l’inconstance du vent ou l’amour joue encore à se croire vivant
Sur la ville défigurée, la pleine lune pleure des larmes rougeoyant de son sang la source engorgée des vomissures de cet amour qui emporte avec lui jusqu’au cri de mon plaisir

© Marie-Alice Theard



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bernard Leclaire 11/11/2013 15:17

Marie, j'ai si terriblement lu ton poème que je pense avoir même participé au film, non comme le cameraman mais comme l'acteur principal ! Merci pour ce magnifique plongeon dans "L'empreinte de ton
l'âme " ! BL.

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche