Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 08:22

 

chaos-des-origines.jpg

Extrait du "Pygmalion" de Paul Delvaux - © Fondation Paul Delvaux



Cosmogonie plausible


Dans le chaos des origines
La bête est née
Belle, séduisante et jambes fines
Pour en l’esprit s’y installer

Un dieu guerrier et vengeur
Très habile sculpteur à ses heures
Dans son laboratoire bien équipé
Fabriqua des hominidés

De manipulations génétiques
Il leur donna sa ressemblance
À son image de batailleur
Ainsi l’Homme naquit sur l’heure

De batailles, de saccages en victoires
Il revenait à son terrier, seul
Implorant son dieu, qu’en plus de la gloire
De lui donner un amusement pour le distraire, il veule

Le dieu satisfait des prouesses de guerres de sa créature
Entra dans son laboratoire, fit des plans
Forma dans la glaise de Mercure,
Un moule d’acier, une compagne pour son manant

Femme, il la nomma, à Homme la donna
Rustre il la renifla et brutalement la monta
Il fit ripailles pendant des jours et des nuits
Fit offrandes à son dieu d’avoir fait fuir son ennui

Femme rencontrant les siennes se mit à discuter
Du retour de la bête, elle en est effrayée
Brutal, grossier et malodorant
Elle voulait le chasser

Un complot fut dès lors ourdi
Elles décidèrent de choisir
Le plus beau, le plus tendre, le moins étourdi
Qu’elles allaient se partager

Mais où donc était-il celui-là
Les dieux n’y avaient pas pourvu
Elles firent donc sacrifice aux dieux
Pour qu’ils fabriquent l’Homme espéré

Du haut des cieux, ils entendirent les prières
Des malheureuses Femmes éplorées
Un concile et ils débarquèrent Pour aller Femmes aimer

Femmes n’en demandaient qu’un
Ils étaient millier
Qui paradaient faisant montre de leurs prouesses
De leur force, de leur beauté

Parmi eux, il y avait des poètes
Un chantant des odes, l’autre récitant ses rimes
Femme et les siennes furent éblouies
Étonnées que cela puisse exister

Homme parti en guerre
Elles étaient libres de leur temps
Se choisirent chacune un éphèbe
À la parole et aux gestes déliés

C’est ainsi que les hommes devinrent cocus
Car la grâce et la belle parole
Valent mieux aux yeux de Femmes
Que gloire ensanglantée

© Ode
19 août 2002



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits.

Partager cet article

Repost 0
Published by jdor - dans Ode
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche