Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 février 2020 2 25 /02 /février /2020 07:46
Photo J.Dornac©

 

Comme une histoire ordinaire…

 

 

Lorsque j’ai été embarqué

Dans le luxueux train

On ne m’avait pas dit

Qu’on me jetait dans la vie…

 

Curieux voyage, dès ses débuts

Après le passage d’un rude tunnel

Ce fut une éblouissante lumière

Qui me donna l’envie du retour

 

Mais un infranchissable sens interdit

Me bloqua pour de bon dans cette vie !

Sur le moment, j’ai eu très froid et puis tant de bruit !

Et, de plus, on m’obligea brutalement à respirer !

 

Mais fort heureusement, je reçu une consolation

Un peu de merveilleuse douceur au sein

Avec le délicieux parfum du lait de maman

Et, en prime, le sentiment étonnant d’être aimé !

 

Soudain, j’entendis une grosse voix

C’était celle de papa !

Et une beaucoup plus chétive

Celle de mon grand frère, ce cadeau !

 

Pouvait alors commencer

Cet étrange voyage que, par ici, on nomme la vie

Avec, très vite, la certitude, rien n’étant parfait

Qu’il y aurait un cruel terminus !

 

Ah si j’avais su…

Serais-je seulement venu ?

Serais-je monté dans ce train

En sachant que c’était sans retour ?

 

Pourquoi l’aurais-je pris ce direct

Qui m’éloignait du Paradis

Pour me mener vers un tragique enfer

Peuplé, il est vrai, de quelques joies…

 

Mais je découvris trop vite

Que la vie d’ici était surtout

Un océan de souffrances et de larmes

Et que personne, aucune vie, n’y échappe !

 

J’aurais préféré ne jamais venir

Ne pas perdre si vite mon innocence

Au contact des envies et de la folie

Qui nous prend si vite dans ce monde

 

Ce monde cruel par ses maladies

Ce monde abominable imposé par les tyrans

Ce monde ridicule qui n’attache d’importance

Qu’aux fumiers qu’il nomme argent, fortune, pouvoir !

 

On me dit, parfois

Qu’avant le voyage

C’est moi qui ai choisi

Ce que j’aurai comme vie !

 

Si telle est la vérité

Ô combien je fus stupide

Au moment du choix

Pour ne pas hurler mon refus !

 

J’espérais longtemps

Que tout cela ne fut

Qu’un mauvais rêve…

Las, ce fut un cauchemar vrai et sans fin

 

Qui me fut servi

Année après année !

Désormais, et déjà

C’est la sortie qui m’attend…

 

Je ne sais sous quelle forme

Ni avec quelles souffrances

Je sais juste que la noire sorcière

Celle qui tous nous emporte

 

Me guette déjà, hideuse à souhait

L’œil méchant

Et un sourire mauvais

Sur sa face de serpent !

 

A nouveau, je n’ai nul droit

De refuser, de crier NON

Au sort funeste

De tous les vivants !

 

C’était bien une cruelle farce

Ce voyage qu’on vente tant

Cette beauté qui ne dure pas longtemps

Avant les premiers outrages de la mort…

 

©Jean Dornac

Lannion, le 30 janvier 2020

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche