Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juin 2019 2 25 /06 /juin /2019 06:38
Evariste-Vital Luminais (1822-1896) - La Fuite du Roi Gradlon, vers 1884 - Huile sur toile, 2 x 3.11 m - Dépôt de l’Etat de 1896, transfert de propriété de l’Etat à la Ville de Quimper en 2013 © Musée des beaux-arts de Quimper

 

 

 

Je croyais que la vie durerait toujours
mais je vois avec tristesse que nos ans
sont toujours plus courts
et qu’au bout, nous sommes tous perdants…

Pourtant, je suis né avec quatre bonnes étoiles
ma mère et mon père
ma merveilleuse grand-mère
et mon frère plus doux qu’une brise légère…

C’était comme si j’étais né
Dans la soie et le coton
Tout pour rêver d’une vie sans fin
A jamais heureuse et sereine…
 
Mais à quoi bon ces étoiles bienveillantes
Dans un monde de sourds et d’aveugles
Qui ne comprennent que le bruit des bottes
Et n’aiment que voir couler le sang des autres ?
 

Mais pourquoi l’humain
Est-il stupide à ce point ?
La mort obligée
Ne suffit-elle pas à les rassasier ?

Faut-il donc
Pour d’illusoires honneurs
Tuer et se faire tuer ?
Tirer les larmes des innocents ?

Est-ce si bon de voir pleurer
Femmes et enfants
Pour des prétextes loin de toute vérité
Juste pour nourrir un inepte orgueil ?

Est-il donc nécessaire
De se proclamer chef
D’armées d’humaines
Dont seuls des fous sont volontaires ?
 

Car il faut avoir perdu toute lucidité
Pour lâcher la mitraille
Sur les innocents d’en face
Et offrir sa poitrine pour être tué !

En espérant encore
Au moment du dernier souffle
Qu’un petit chef trouvera entre les trous
Où accrocher la breloque inutile
 

Combien de temps encore
Ceux qui nous gouvernent
Politiques et banquiers
Voudront-ils notre mort

Dans ces horribles combats
Qui les enrichissent fort ?
Combien de temps encore
L’homme sera-t-il un abruti

Au point d’accepter
De balancer des bombes
Et des grenades
Espérant mutiler

Les membres et les vies
De ceux d’en face
Qui n’en peuvent plus…
Tout comme ceux d’ici !
 

Quand donc mes frères humains
Jetterez-vous les armes
Aux poubelles de l’histoire
Pour respecter enfin la vie !

Regardez le ciel et les oiseaux
Les arbres et les fontaines d’eau
La vie n’est-elle pas plus désirable
Que la boucherie des puissants ?
 
Ô peuples du monde !…

La mer en furie
Se fracasse contre les falaises
Il n’y a nul bruit
Car elle porte le deuil de la vie !

Mais le ciel gronde sa colère
Contre ces avortons
Qu’on dit humains
Et qui puent la haine !

Le ciel les vomit
Il lâche ses hordes d’éclairs
Pour effacer ces engeances
Aux mains rouges du sang des innocents !

Le ciel pleure sur les corps
Des femmes et des enfants
Pour laver leurs blessures
Infligées par les hordes de déments

Et la mer s’ouvre
Pour boire le sang et les larmes
Des morts et des mourants
Pour qu’enfin ils trouvent une paix éternelle…

Bientôt, la terre s’ouvrira
Elle précipitera les tueurs
Au cœur du brasier qui ne s’éteint pas
Pour dévorer à jamais l’orgueil des égorgeurs…  

©Jean Dornac
 Lannion, le 24 juin 2019

 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche