Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2018 3 07 /11 /novembre /2018 08:08
 
 
 
 
Il est terrible le regard
Devant lequel se referment
Les portes de la nuit.
Ils sont terribles les mots
Qui meurent sur les lèvres
Avec l’ultime espoir.
Car dans notre République
Dont ils ont plein la bouche
On traite mieux les chiens
Qu’un homme qui a fui
La guerre et l’étau de la peur.
On lui donne chez nous,
Une miche de pain
Lancée à la volée,
Un fromage tombé
Sur la terre souillée
Des cartons de poubelle
Un terrier de ciment,
Un lit d’indifférence
Pour engloutir la honte.  
 
©Denise Bernhardt


 
Extrait du recueil de Denise Bernhardt, « Le chant des Nébuleuses », aux éditions JEBCA, collection l’Immortel.
 





 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0

commentaires

mamazerty 07/11/2018 12:02

ce poème me touche beaucoup,il dit bien le fond de ma pensée....Compassion!!!!!

Jean Dornac 07/11/2018 13:55

Pareil pour moi !!

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche