Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 avril 2018 4 19 /04 /avril /2018 06:39
Lucie Delarue-Mardrus en 1905
 
 
 
Je me regarde en toi comme jadis au fond
Des eaux douces des prés, ombreuses et dormantes,
Où naissait sans trembler mon mirage profond,
Comme une nymphe qui se baigne entre les plantes.
 
Car tu es douce ainsi qu'un reflet dans de l'eau,
Et tes yeux bleus sont mes yeux noirs devenus vagues,
Et tes lointains cheveux de rêve et de halo
Sont mes roux cheveux bruns réfléchis, et tes bagues
Sous le renvoi de mes chatons rouges et bleus...
 
Je te prendrai contre mon âme, si tu veux,
Puisque notre beauté diverse coïncide;
Puisqu'en toi j'ai trouvé, corporelle et lucide,
La nymphe qui troublait les eaux de mon passé,
Et puisque, sous l'argent défait des boucles blondes,
Ton corps entre mes bras péremptoires pressé,
Est demeuré subtil et fuyant comme l'onde.
 
©Lucie Delarue-Mardrus
 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche