Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mars 2018 4 08 /03 /mars /2018 07:50


 

 

 

 

Bérangère regardait sa feuille blanche où elle avait écrit : « Vers quel monde secret un escalier inachevé mène-t-il ? »
 
Elle le visualisait bien cet escalier. Il lui suffisait de plonger dans son enfance marquée par la guerre : ville bombardée, immeubles dévastés où ne subsistaient que des escaliers inachevés, évoquant un monde surréaliste, un monde de fous. Bérangère les avait regardés longtemps avec stupeur, avec angoisse. En les observant, elle avait pensé à des doigts, des doigts accusateurs qui disaient la folie et la barbarie des hommes, la monstruosité et l’horreur de la guerre. Mais ces doigts ne menaient-ils pas aussi à un refuge de silence et de paix, à une forêt de questions sur l’art de vivre ensemble, à une plage de réflexions ?
 
Bérangère n’en finissait pas de réfléchir, mais, malheureusement, elle était à court d’idées. Celles-ci, sans doute, se prélassaient dans les replis de son cerveau. Mais elle n’avait jamais su s’y prendre pour les réveiller. Pourquoi certains jours arrivaient-elles par bouquets, par brassées ou par gerbes, alors que d’autres jours, une seule apparaissait, une toute petite fleur, triste et solitaire ? Parfois même, le jardin était vide. Un désert.
 
« Cet escalier commence à me taper sur le système, ronchonna Bérangère. Je sens que je vais me mettre en boule et quand je suis en boule il me pousse des piquants. Alors, attention, danger ! Et elle sortit pour respirer un bon coup. Dans son jardin, elle ne put réprimer un cri de surprise : son cerisier, un arbre énorme, avait disparu ! A sa place, se dressait un escalier géant, avec deux rampes ! Impossible d’en voir la fin.
 
« Oh la la, s’ esclaffa Bérangère, y a de la magie dans l’air, je dirai même mieux : ça sent l’aventure, le mystère, les énigmes à résoudre, ça sent la jubilation, le suspense et les frissons ! Eh bien, qu’attends-je ? »
 
Alors, sans hésiter, Bérangère posa le pied sur la première marche. Elle grimpa d’abord dans l’allégresse, dans le neuf. Sa tête bouillonnait d’idées farfelues : « Et si je me retrouvais sur la voie lactée ou sur un anneau de saturne ou devant les portes du paradis ! » Elle était si excitée qu’elle se mit à chanter, à danser. Mais elle avait oublié que ses pieds se trouvaient sur une marche d’escalier. Elle eut juste le temps de se cramponner aux deux rampes et elle s’offrit la plus esthétique glissade de sa vie ! Seules ses mains n’étaient pas de cet avis…
 
En arrivant sur la terre ferme, Bérangère fut prise de vertiges. Quand elle reprit ses esprits, l’escalier géant s’estompait et puis il disparut tandis que le cerisier reprenait sa place dans le jardin…
 
Un escalier inachevé mènerait-il vers le monde secret de la folie ?
 
©Michèle Freud
                                                                                    



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche