Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 novembre 2017 5 03 /11 /novembre /2017 04:52

Grand merci à Francesco, merveilleux ami italien qui nous offre régulièrement la traduction de mes poèmes dans sa langue imprégnée de soleil et de joie de vivre !!

Jean

ENFANT…

Dans quel monde es-tu né,
Toi, l'innocent ?
Tu es arrivé confiant
Dans un monde
Fait de quelques puissants
De peuples affamés
Errants et sans liberté.

Gamin,
Ne sais-tu pas que pour briller,
Les tortionnaires
Vont tout te voler ?
Ne sais-tu pas que
Ta pauvreté est garante
De leurs excès ?
Ne sais-tu pas que pour tout accaparer
C'est ta vie qu'ils vont briser ?
Pour qu'ils règnent en maîtres
Tu dois disparaître...

Oh innocent,
Ne sais-tu pas que par soif d'argent,
Ils sont avides de ton sang ?

Oh, enfant de la terre,
Fils de toutes les nations,
Bambin aux yeux rieurs
Ou déjà en pleurs,
Pauvre ou miséreux,
Pleurant de faim
De froid, de peurs
Ceux qui veulent ta mort
Oublient qu'ils s'immolent
Et précipitent la terre
Dans l'horreur.

Enfant,
Tu es sel de terre
Et de vie !
Sans toi,
Nul sourire
Nulle joie
Nulle espérance
Nulle beauté
Nul avenir sur terre…

Enfant de Palestine,
Petite fille du Darfour,
Étudiant d'Iran ou de Chine,
Gamin du Pérou ou d'Argentine,
Fils d'Afrique et d'ailleurs
Ta vie n'est rien
Aux yeux de ces gredins.

Fils d'Europe,
Fille d'Amérique,
Tu te crois privilégié
Mais ta vie est en danger.
Pour la fortune de tes banquiers
Les pouvoirs vont t'engraisser
Avant de te livrer à la boucherie.
Comme on saigne le porc,
Ils t'enverront au feu de guerres
Qui, jamais, ne sont tiennes.

La mort de tout enfant
Fruit joyeux de la terre
Est un crime sans nom.
Tant de dons qui n'écloront pas
Tant de chances évanouies
Tant d'espérances anéanties
Pour la seule volupté
De quelques funestes prédateurs.

Enfant,
Je pleure les poèmes que tu n'écriras pas
Je pleure les notes que tu ne joueras pas
Je pleure les œuvres que tu ne peindras pas...

Je pleure l'amour dont, jamais,
Tu ne nourriras le monde…

© Jean DORNAC
26 juin 2009
Fanciullo
 
In quale mondo sei nato
Piccolo innocente?
Sei arrivato fiducioso
In un mondo
Fatto da alcuni potenti
Da popoli affamati
Raminghi e senza libertà
 
Bimbo,
non sai che per brillare
i torturatori
vogliono derubarti tutto?
Non sai che
La tua povertà è garanzia
Del loro lusso?
Non sai che per prendersi tutto
Rovinano anche la tua vita?
Affinché possano regnare e comandare
Tu devi scomparire...
 
Oh innocente
Non sai  che per sete di danaro
Loro sono insaziabili del tuo sangue?
 
Oh, bambino della terra
Figlio di tutte le nazioni
Bambino dagli occhi lucidi
Stai già piangendo
Povero e misero
Sofferente di fame
Di freddo e di paura
Quelli che vogliono la tua morte
Dimenticano che s’immolano
E fanno precipitare la terra
Dentro l’orrore
 
Fanciullo,
Tu sei il sale della terra
E della vita.
Senza di te,
Nulla sorride
Nulla è gioia
Nulla è speranza
Nulla è bellezza
Nessun futuro sulla terra...
 
Fanciullo della Palestina
bambina del Darfur,
studente dell’Iran o della Cina,
ragazzo del Perù o dell’Argentina,
figlio dell’Africa e di tutto il mondo
la tua vita non è niente
agli occhi di questi farabutti.
 
Figlio dell’Europa,
Figlia dell’America,
Tu ti credi privilegiata
Ma la tua vita è in pericolo.
Per la fortuna dei banchieri
Il potere t’ingrasserà
Prima di spedirti al macello.
Come un maiale insanguinato
Ti invieranno al fuoco delle guerre
Che non saranno mai le tue.
 
La morte di tutti i bambini
Frutti felici della terra
È un crimine innominabile.
Tanti doni non aperti
Tante possibilità svanite
Tante speranze in frantumi
Per il solo desiderio
Di alcuni predatori funesti
 
Fanciullo,
Io piango le poesie che non scriverai
Piango le note che non suonerai
Piango i dipinti che non dipingerai...
 
Io piango il tuo amore, che non
Potrà nutrire il mondo
 
© Francesco Casuscelli
2 novembre 2017

Partager cet article

Repost0

commentaires

Tahar 03/11/2017 09:37

Hélas ! C'est la triste vérité. Tout homme de lettre, tout poète, tout homme ou femme aimant la justice se voit visé dans ce beau poème. Nous vivons dans un monde gouverné par des barbares...
Merci !
Tahar

Jean Dornac 04/11/2017 07:46

Merci à vous, Tahar ! Nous pensons pareil, vous et moi...

Francesco 03/11/2017 08:02

Merci Jean, ta façon d'écrire des poèmes est formidable, est capable de dégager une force contagieuse et vitale, et quand vous lisez les poèmes, vous vous sentez personnellement impliqué.
Ce pour ca qu'il y est un grand plaisir de les traduir

à la prochaine

Francesco

Jean Dornac 04/11/2017 07:47

Tes mots, cher Francesco, touchent mon âme en profondeur et me laissent espérer que mes vers peuvent toucher quelques hommes de bonne volonté ! Très belle journée à toi !!

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche