Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2015 6 25 /07 /juillet /2015 06:43
Un recueil d'Abderrahmane Zakad
Un recueil d'Abderrahmane Zakad est sortie pour le Festival de la culture arabe qui se déroule à Constantine (Algérie)
 
Question pour un champion :
 
A QUOI SERT LA POESIE ?
 
 
Introduction et 4eme de couverture
 
« ..Le contact du peuple avec les contes et la poésie suscite un rythme respiratoire, des tentions musculaires oubliées et développe l’imagination. Chaque fois que le conteur expose devant son public un épisode de la vie de son peuple, on assiste à une réelle invocation », écrit Frantz Fanon dans Les damnés de la terre.
A propos de la poésie maternelle, Youssef Nacib note: «Nombreuses et anonymes furent et demeurent les poétesses en Kabylie. Elles ont excellé dans la chanson d’amour mais aussi dans le chant de travail. En tournant le moulin à bras pour écraser son orge, en tissant, en modelant l’argile, en ramassant les olives, la femme kabyle chantait... Mais la création poétique féminine la plus spontanée et la plus concise se rapporte à ce que la mère a de plus cher: son enfant. Ce genre est, sans conteste, un des plus anciens de la littérature orale amazighe. Les mères ont langé, bercé et protégé leurs bébés antérieurement aux acculturations successives qu’a vécu le massif kabyle.»
Depuis la nuit des temps, les contes, les chants, la poésie ont été pour les sociétés un moyen pour alléger les souffrances, défendre le territoire, renforcer l’identité et la culture. Dès le déclenchement de la Révolution Algérienne, les autorités coloniales ont procédé à l’arrestation systématique des meddahs dans les douars et les souks. Par leur méthode d’exposer et le contenu de leurs récits, ils alertaient le peuple en  favorisant l’éveil.
A quoi sert la poésie ? On pose parfois la question. On pourrait demander aussi bien à quoi sert une quacida d’El Anka, le malouf ou une pièce de théâtre. Qui n’aime pas  la poésie, surtout celle chantée. Que c’est beau Hyzia, ce  poème d’amour écrit par Benguettoune en 1880 et que chantait Khellifi Ahmed. Que  c’est envoûtant l’Achwiq que lançaient les femmes de Kabylie pour conjurer le sort. Les poètes, les écrivains, les artistes ont projeté d’étonnantes lueurs sur leur époque. Sans eux les peuples se replieraient sur la solitude. (A.Zakad)
 
  
Mémoire de Constantine - Abderrahmane Zakad
 
En 100 vers et pour 1.000 raisons,
 je vous parle du Rocher de Constantine, la Vieille Ville,
qui subit les effets du temps et l’action destructrice des hommes. (A.Zakad)
 
 
1
 
Le Rocher s’entête à fasciner les voyageurs
Imprenable site aux généreuses faveurs
Que de livres et de chants ont raconté la ville
Sur le rythme du malouf aux paroles sublimes.
 
Ville écrasante aux odeurs lascives. Toutes.
Figée dans ses pierres, cernée par ses doutes
Je l’ai connue autrefois bien avant sa détresse
Mon cœur s’emballe en y revenant sans cesse
 
Le rocher aux quatre vents se noie sous les nuages
Les trombes d’eau s’écoulent et s’affrontent en apanage
Les ruelles absorbent ce qui reste de mémoire
Entraînant dans les flots les brins de paille et la gloire.
 
Violé sur La Brèche par la France de Napoléon
Le rocher garde encore les plaies pleurant le sang
Conquis par traîtrise par la poudre et le fer
On le raconte encore lors des veillées l’hiver.
 
Que peut-on dire aussi de cette ville légendaire
Hormis ses antiques souvenirs mêlés à la terre
Aux hommes qui l’on trahie à ceux qui la vénèrent
Tous gardent dans leur mémoire les odeurs millénaires.
 
Quand les martyrs de Novembre viendront visiter
Les hauteurs identitaires et la Souika héritée
Du peuple les soutenant dans la ville et dans les monts
Ils retrouveront les mots de ceux qui ont fait le serment.
 
Les cœurs sont aigris à mesure que le temps passe
Une histoire qui ne s’écrit plus sur les cahiers de la classe
Le Rocher s’effrite. En poudre. Ses rêves fuient la nuit
Les gens qui s’effacent et s’en vont sans faire de bruit
 
Serait-ce la vengeance de Massinissa dans Cirta
Capitale de l’aguellid que Syphax défait convoita
Est-ce venger la trahison de Sophonisbe promise
Par Carthage de Didon et Scipion en entremise.
 
C’était me diriez-vous un site noble et fier
Oui pardi c’était ! Mais cela était naguère
Aux hommes d’aujourd’hui qui ne sont plus les hommes d’hier
Leur dette est de redonner la joie dans les chaumières
 
2
 
Et sur le Rocher qu’évitent les cigales
Un crépuscule pèse comme une dalle
Les pensées s’envolent, dispersées
De ces femmes traînant leur passé.
 
Leurs yeux parlent et exposent
Leur regard qui cache les choses
Comme dans leur cage les oiseaux
Coulent leur peine et leurs sanglots.
 
Femmes devenues étrangères
Figées dans le patio qu’elles gèrent
On ne les reconnaît plus le soir
Furtives ombres dans leur voile noir.
 
Ces femmes citadines qui faisaient du tricot
D’autres sont venus ne connaissant pas le mot
Des fortunes se sont faites, tel le vol du Condor
Toutes ailes déployées, devant le ouali qui dort.
 
Leur douleur tue s’est brisée
Elle chute dans le Rhummel irisée
Leurs larmes deviennent de l’eau
Au pied du Rocher vu d’en haut.
 
Je connais les chemins pour avoir cheminé
Donné aux mains tendues une obole espérée
Dans les souks flânant j’ai entrevu encore
Les appels des yeux les plaintes et les remords
 
L’imposant Rocher aux couleurs perdues
Son histoire portée par des mains ardues
Qui paraphent les murs en évitant la haine
Susurrant un passé dans une morne vie qui traîne
 
Ou sont-elles les hirondelles d’antan ?
Celles qui annonçaient le printemps
Les unes partent pour ne plus revenir
Les autres reviennent pour y mourir.
 
3
 
Le Rocher n’est pas un cercueil qu’on ballotte
Des sages l’avaient honoré Ferhat Abbas était l’hôte
Brûlent encore dans son âme des amours hiziens
Et des intelligences vives que rien ne détruit. Rien.
 
Les porteurs d’écriture qui avaient peint le Rocher
Son palais et son bey et qui avaient tant fait chanter
« Au Café » de Mohamed Dib « Nedjma » de Kateb Yacine
« Les zéros tournent en rond » et la culture décline.
 
Se souvient-on encore des soirées de velours
Les fêtes colorées et les juvéniles amours
Les youyous stridents et le soyeux des tresses
Et les rimes féminines qu’aucune parole ne blesse.
 
C’était au temps où le Rocher chantait
C’était au temps où les ancêtres hantaient
Les esprits et les âmes du peuple algérien
Ce peuple connu, jadis, pour son art et pour le bien.
 
Ton souvenir n’est que remords et reliques
Ou dorment les joyaux d’Amour mélancoliques
Que j’ouvre à genoux pour voir un trésor
Tout un passé dans l’ombre étinceler encor
 
Comme un écho profond ce souvenir en moi persiste
Le reproche est bavard, la rancune s’incruste
Je ne dis rien sinon que je suis triste
De voir le Rocher en ruine et sinistre.
 
En attente une jeunesse monte. Changera-t-elle le décor ?
Les mots doux vont pousser sur les ruines et encor
Les idées fleuriront drues en torrents Rhumméliens
Car ceux qui sont morts seraient-ils morts pour rien ?
 
Plus une seule larme à me mettre aux paupières
Ouvrant les bras au ciel comme une paire d’ailes
J’offre le muguet de mai au Rocher sans manières
Et c’est triste qu’aujourd’hui je vous parle d’hier.
 
©Abderrahmane Zakad
 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Un recueil d'Abderrahmane Zakad

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche