Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 07:02
À l’Heure Dite (extrait d'une nouvelle) – Béatrice Pailler
 
 
 
…………La lumière est encore incertaine mais l’on devine, à perte de vue, la nappe fleurie d’une pâture, un verger noueux, aux arbres tordus, croulant sous la floraison, et sautant la clôture, la prairie enfin libre qui s’échappe vers l’horizon. Vaste mer verdoyante venant s’échouer sur l’écueil sombre d’une forêt de grands arbres, remparts de lances aigües, où s‘empale la nue. Dans la mouvance des cieux, tout va très vite, les nuages rosissant accueillent en leur sein les troubles phosphorescences de l’aube mûrissante. Les lueurs, sauvages et barbares, qui déferlent en vagues successives, incendient l’atelier d’un flot d’ambre rougeoyant, et frappent, de plein fouet, le sofa, cramoisi, qui s’enflamme. Au loin, le soleil, or et sang, filtre au travers de la futaie, et s’élève, dardant ses premières flèches vermeilles.
 
La petite, subjuguée, haletante sous l’averse solaire, ne bouge plus, sa chevelure de cuivre en fusion roule sur sa poitrine, coule sur son ventre. Dans l’incandescence du moment, les éclaboussures rousses de sa peau lactescente deviennent, des constellations d’étoiles miellées, qui scintillent sur ses épaules et ses bras, en milliers de paillettes fugaces. Voulant à tout prix percer les tendres secrets de cette nef sacrée, avec passion l’homme scrute ce corps d’opale rougi. Sous ses yeux affamés, la lumière explore, enlace et capture, la chair sculptée d’ombres inattendues. Elle dépose à fleur de peau, une somptueuse parure, un voile rougissant au feu du levant, emperlé de sueur, irisé, insaisissable et dansant.
 
Avec frénésie il s’est mis à l’œuvre, et buvant la lumière, à même le corps offert, il travaille comme un forcené. C’est un combat qu’il renouvelle au jour le jour cherchant, au cœur de la lumière, la quintessence des êtres. Oui, sans relâche, dans une quête obsédante, il veut approcher l’absolue vérité, idéale et irréelle, qui couve sous la chair. …………..
 
© Pailler Béatrice avril 2014
 
Texte édité par la revue en ligne Levure Littéraire - Dans son N°9 Le Cheminement de l’Artiste
 
http://www.levurelitteraire.com



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche