Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 07:24
Essuie-Laisse-Pour une fois ...(1ere partie) – Mouloudi Mustapha

Eugène Delacroix – Détail de la « La mort de Sardanapale »
 
Beaucoup de nos responsables et élus oublient qu’avant qu’ils ne soient, ils étaient… Beaucoup de nos responsables et élus farouchement s’accrochent à la folie des rêves oubliant ainsi que la réalité avec toutes ces vérités les atteindra bien un jour… N’est-ce pas là deux des principales causes des malheurs qui frappent de nos jours notre génération ? Encore faut-il qu’ils sachent pourquoi les poissons finissent le plus souvent au bout d’une canne à pêche ?
 
 
Dédié à mon frère Athanase vantchev de Thracy
  (Pour le Grand Prix International de Poésie Alexandre le Grand qu’il vient de recevoir en Grèce)
 
Que sais-tu du froid ?
Aujourd’hui bien au chaud
Couvert de laine et de soie
Dans ton robinet deux eaux.
 
En toi je vois un pervers
Assoiffé tu as tout perdu
Pour toi seul ces vers
Légers et bien tendus.
 
Essuie bien ton miroir
Tu verras tous les détails
Avec ou sans accotoir
Même devant ton bobtail.
 
Essuie bien tes yeux
N’oublie pas tes oreilles
Accablées et malheureux
N’attendent que le soleil.
 
Essuie bien tes lèvres
Seul Dieu est éternel
Nul n’est pie ou lièvre
Et nul ne vit que de sel.
 
Laisse les souvenirs
Te monter à la tête
Tu saurais que souffrir
Modifie, rires et fêtes.
 
Laisse les souvenirs
Reprendre leurs cours
Tu sauras que maudire
Jouera de vilains tours.
 
Laisse les souvenirs
Envelopper ton présent
Tu saisiras que sourire
Est notre plus beau présent.
 
Laisse pour une fois
Cette folie des grandeurs
Nul n’est bar, nul n’est proie
La lumière ne fait pas peur.
 
Laisse pour une fois
Ton monde sans monde
Avec ses fausses lois
Et ses bêtes immondes.
 
Laisse pour une fois
Cette tente mensongère
Sur la haine, tire une croix
Et sois utile à ce père.
 
Laisse pour une fois
Ces rêves dépassés
Regarde sous le bois
Les mères angoissées.
 
Tu as condamné ton corps
Que Dieu sauve ton âme
Homme, sans foi, sans décor
L’enfer n’est pas une flamme.
 
Tu as condamné l’aujourd’hui
N’empoisonne pas, demain
Homme souviens-toi des nuits
De l’intolérance, de la faim.
 
Tu as condamné la culture
Détruit bien de générations
Homme, triste lit des sutures
Cesse avec tes obsessions.
 
© Mouloudi Mustapha
Alger le 04/06/2014



Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche