Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 octobre 2021 1 25 /10 /octobre /2021 06:29
photo Dornac©


 

C’est un bal lourd et noir,
qui tourne dans le soir ;
qui semble sans espoir,
égaré, sans mémoire.

 

Un bal déconcertant,
si lent, si oppressant,
qui tourne en criant.

 

Cris rauques et stridents,
lugubres, angoissants,
qui cisaillent le temps.

 

Un rituel étrange ?
De funèbres échanges ?
Ombres tristes d’archanges ?

 

C’est le bal des corbeaux ;
tels de noirs oripeaux,
ils tournent tout là-haut
comme funeste fléau.

 

Comme la danse sauvage
De présages sans âges.

 

©Ellen Fernex
       
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2021 7 24 /10 /octobre /2021 06:46


 

 


Combien de coups
de bosses de beignes
de deuils et d’abandons

 

Combien d’obsessions,
de discrètes déconvenues,
de faux et vains regrets

 

avant d’oser se regarder
nu d’âme et de corps,

 

solliciter du quotidien
l’élégance de la dérision.

 

« Comme toi ma Nuit
 je crains mon propre mystère

 

Vers lui j’avance visage couvert
l’apprivoisant de mes deux mains

 

Les mots sont mes réverbères
L’allumeur c’est l’émerveillement ».

 

        II

 

La poésie n’est pas rêve
ni fruit de l’imaginaire
pas même une vue de l’esprit

 

Elle est surplus de chair
le toucher d’un regard lumineux
émerveillement ou indignation

 

Lamelle après lamelle
de peau en peau l’on cherche
comme on épluche un oignon

 

à en atteindre le germe

 

©Jeannine DION-GUERIN


 
 
 
 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2021 6 23 /10 /octobre /2021 06:40

          Sur les sables ondoyants respire l’estran

Les yeux aigues-marines, une Muse redessine la vague et s’habille d’écume de jade.
 
 Emeraude, la mer reste sauvage, libre ; son cœur bat sur la jeunesse du monde.
 
°    °   °
 
                                        
 
L’antique cité d’Aleth s’éveille.
Il flotte dans l’air un je-ne-sais-quoi de grâce, de joie de vivre à deux pas de la Tour Solidor.
L’aube grandit, ouvre la ligne d’horizon, et apparaît, sertie d’émeraude *, la cité corsaire :
                                 Vaisseau de pierre aux voiles légendaires
                                      Tu rêves de gréer vers la haute mer
                                            Ton clocher est l’amer
                                                   Gardien des libertés vers des lointains imaginaires
 
Loin des obligations du monde, avec pour seul bagage le rêve et l’émotion, le regard plonge dans les abysses bleutés :
                                     République d’armateurs aux parfums des cinq continents
                                              Saint-Malo tu es aujourd’hui perle d’émeraude
                                                        Sertie du flot qui berce nos rêves
 
A la faveur des alizés  arrive une Muse.
Si la mythologie grecque a eu Borée, Zéphyr, Notos et Euros, l’alizé, vent de lumière et de clarté, a une force onirique venue d’un ailleurs , un souffle de liberté.
Avec l’alizé fusent les couleurs : bleu tendre ou profond, turquoise, rose et vert émeraude.
Le ciel et la mer s’unissent pour un moment de lumières :
                                        Terre d’émeraude
                                              Aux embruns couleur de nacre
                                                      A l’ombre des brises-lames
                                                              Glisse le parfum du grand large
 
Dans l’imaginaire éolien, la Muse revient.
Au chant de la vague, tu te métamorphoses en Vénus de Giorgione, nymphe du Titien, Madone du Parmesan, Olympia de Manet, Baigneuse d’Ingres.
Aux marées d’équinoxe, tu deviens irréelle, Ménade pompéienne.
Au jusant, tu sèmes des petits cailloux blancs, et te voilà en Impératrice Théodora de Ravenne.
Quand souffle le vent de galerne, ta robe s’habille d’élégance telle une cariatide de l’Erechthéion au Parthénon d’Athènes.
Lorsque la vague frisée d’écume arrive du fort de la Conchée, tu accompagnes les Oréades chères à Bouguereau.
Si, roulé depuis l’île de Cézembre, un galet échoue sur la plage de Saint-Malo, tu te révèles légendaire Vénus de Lespugne.
 
Des quatre points cardinaux arrive un vent d’aventure, un vent de limite du monde :
 
     Ô Muse, tu es mélodie sur une palette émeraude
     Ô Muse, tu nous invites à prendre le temps, à écouter la musique du vent, à suivre la course des nuages
     Ô Muse, pour toi j’ai cueilli le liseron des sables au cœur d’étamines jaunes
     Ô Muse-émeraude, ta harpe éolienne m’a laissé un poudroiement de parfum sucré d’îles lointaines.
 
                                                                                                                                                          
Le vert émeraude : cette couleur devient presque d’une importance égale aux couleurs primaires que sont le bleu, le rouge et le jaune. C’est un vert légèrement bleuté qui, combiné avec les jaune, cobalt et outremer, fait merveille. Avec lui, les nuances sont infinies pour obtenir une grande luminosité.
Quant à la Côte d’Emeraude, elle part de la Pointe du Grouin à Cancale vers Saint-Malo, Dinard, Saint-Lunaire, Saint-Briac-sur-mer, Saint-Jacut-de-la-mer, Saint-Cast- Le Guildo, le Cap Fréhel et enfin  Sables-d’Or-les Pins. Puis elle donne la main à Erquy qui marque le début de la Côte de Penthièvre.

 


©Roland Souchon - Morpho  

septembre 2021

www.rolandsouchon.com          
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2021 5 22 /10 /octobre /2021 06:43
Photo : Denis Portay - La Pointe du Groin, octobre 2021 ©


 

 

Seule face à l’immensité,
Mon regard se noie
Dans la mouvance fantasque
Au-delà des écueils,
Vagues à la brillance volage
Effeuillée au gré des nuées.
Un phare lointain élève sa blancheur
Dans l’espoir de percer les secrets
Des fleurs célestes s’offrant
Aux traînes nomades.
Le chant du vent
Entre ciel et mer
M’invite à sa table nourricière,
Palette épicée d’embruns
Et parfums d’algues.
Seule face à l’infini,
Je convie mes frères désenchantés
À la rêverie de l’âme.

 

©Nicole Portay          
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2021 4 21 /10 /octobre /2021 06:42
Soleil couchant - ©œuvre d’Eliane Hurtado


 

 


Tombé du ciel,
C’est un long voile diaphane
Qui recouvre la terre
Et remplit l’instant de silence.

 

La blancheur de l’aube
Sublime la noire mantille des ténèbres
En jouant avec les cristaux de neige.
Miroitement fugace
Moment éphémère
Aux vibrations cristallines
Que  rai de soleil soudain
Balaie amoureusement
Créant d’indicibles couleurs.

 
©Eliane Hurtado                      
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2021 3 20 /10 /octobre /2021 06:51

 

 

 

Viens vivre avec moi
Je t'apprendrai le bonheur
Viens n'hésite pas
Oublie toutes tes frayeurs

 

Mets toi à l'aise installe toi bien
Laisse-moi tracer notre chemin
Tu n'auras rien à faire
Tu n'auras qu'à me suivre
Ne t'encombre pas de trop d'affaires
Tu ne manqueras de rien pour survivre

 

Viens vivre avec moi
Je fais de toi ma chose
Ne résiste pas
Tu ne souffriras qu'a petites doses
Installe-toi comme si tu étais chez toi
Mais n'oublie pas ceci est ton unique toit

 

Vivons ensemble mais séparés
Ne pense surtout pas à t'en aller
Souvent je te ferai souffrir
Mais tu garderas le sourire

 

Je n'ai aucune limite
J'en rajouterai toujours un peu plus
Malgré les doutes qui s'incrustent
Je trouverai les meilleures ruses

 

Si tu prends de la force
Je changerai la donne
Je ferai en sorte qu'on s'enfonce
Que tu penses que tu m'abandonnes

 

Viens installons nous
J'ai un marteau et des clous
Rien ne nous séparera
 Même pas ton cœur qui se noie  

 

©Djida Cherfi
 31/07/2020.
 
 

 

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits...

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2021 2 19 /10 /octobre /2021 06:41
Le Grec - Sculpture d’Etienne Fatras©


 

 

Est-ce la courte vie d'autrefois,
Une vie rude, vite fauchée
Par la maladie, par la violence...
Est-ce la mort dans la souffrance...
Comment ne pas se sentir apaisé,
Par l'autre vie, promise par la foi.

 

Quand personne ne maîtrise les éléments,
Quand chacun peut disparaître à tout moment
Victime de la fantaisie du destin
Qui frappe puissant et misérable
Les innocents comme les coupables,
Alors on s'en remet au divin.

 

Une éternité heureuse,
Voilà la recette miraculeuse
Pour apaiser tous les tourments
Pour faire peur aux méchants,
Car seule une vie exemplaire
Permet d'éviter l'enfer.

 

Cette vie post-mortem est de toutes les religions,
On y retrouve les morts d'avant,
On y attend les morts d'après.
Par la réincarnation ou la résurrection
Nous retournerons vers les vivants.
C'est un aller-retour, partez en paix.

 

L’amour ou le hasard nous a tiré du néant,
Personne n'en a de mauvais souvenirs.
Pourquoi alors une éternité hypothétique....
Ne serait-il pas plus simple et plus logique
D’accepter sans peur d'y revenir,
Comme tous les êtres du monde vivant...

 

 ©Etienne Fatras    

Sculpture et poésie          
 
 
 
 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2021 1 18 /10 /octobre /2021 07:11

 

 

Si c’est de l’endroit  où je suis qu’il s’agit,
alors là, c’est le monde à l’envers !
Ecoutez, je suis bien placé pour le savoir :
au lieu de vous obstiner à me poser cette question
que d’autres que moi pourraient considérer comme déplacée,
regardez d’abord droit devant vous.
Et maintenant dites-moi :
là, vous me voyez ?
évidemment que je suis ici,
même si j’admets volontiers avoir la tête ailleurs,
mais il n’y a rien d’anormal à cela
puisque mon ailleurs, aussi, est ici
et que je peux d’ailleurs même vous confirmer
qu’après m’avoir minutieusement observé de haut en bas,
vous me scrutez à présent aussi bien par devant
que par derrière,
ayant choisi pour finir,
en tout bien tout honneur,
d’achever votre intéressante activité
sous couverture.

 

©Michel Duprez
 
 
 
 

 

 


 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2021 7 17 /10 /octobre /2021 08:26

 

Isabelle Poncet-Rimaud, Dialogues avec le jour, éditions unicité, 2021

 

Le quotidien bouleversé par la pandémie ne manque pas de surgir de façons différentes dans l’écriture des poètes et des prosateurs. Le ressenti de ce temps,qui a renversé les habitudes de tous, est le noyau du recueil Dialogues avec le jour d’Isabelle Poncet-Rimaud.


Face à l’agression d’un événement qui oblige au confinement, la profonde sensibilité de la poète cherche refuge dans la poésie. Un dialogue avec soi-même, jour à jour, lui permet d’observer plus attentivement la réalité et de s’observer soi-même à travers ses sentiments et ses états d’âme. Mais elle se garde de faire de son écriture une chronique de ce temps, comme le font certains poètes et romanciers qui adoptent la forme du journal intime. Isabelle Poncet-Rimaud ne cède pas la place de la vraie poésie au minimalisme, au prosaïque du réel trop accrochant, elle se tient à la hauteur de la grande poésie qu’elle a toujours écrite.


Les poèmes s’enchaînent sans titres, il n’y en a que de très rares à en avoir un titre pour marquer un événement, comme le premier, Confinement, pour nommer une situation hors du commun, vécue non seulement par la poète, mais par le monde entier. C’est le début d’un temps fracassé, lourd, paralysant, celui de l’exil imposé.


Elle surprend l’atmosphère pesante de l’espace qui se rétrécit et se ferme sur l’homme, la sensation d’être prisonnier, l’incompréhension d’une force obscure qui s’infiltre dans la vie des gens, les tenant immobilisés contre leur volonté, l’inquiétude et la peur face à la mort, autant d’images qui renvoient à l’absurde existentiel de Camus. On se rend compte de l’authenticité du vécu pendant l’isolement, chacun se retrouve dans les vers d’Isabelle Poncet-Rimaud.


La première image est celle de la ville immobilisée, où le rythme de la vie s’arrête brusquement. Un silence écrasant règne partout, pareil au linceul, présage de la mort, il pèse comme un fardeau sur l’âme :
« La ville
en arrêt,
comme un chien de chasse
renifle la proie cachée.
Tout se tait. »


La ville est paralysée, suspendue entre la vie et la mort, l’homme solitaire, isolé, désorienté, en attente : fin ou renouveau.


Seul l’oiseau traverse le silence de la ville immobile, symbole du vol, de la liberté, alors que la poète, « sentinelle au balcon », guette l’heure de vie ou de mort, nuit et jour, entre l’angoisse et l’espérance:
« Attente traversée de l’humeur vagabonde
des oiseaux-sémaphores
qui relie l’homme mis à terre
au langage oublié du ciel.»


Rendu à la solitude insupportable, à la claustration, à la peur, le dialogue avec soi devient source de résistance psychique, de même que le printemps qui fait renaître les arbres, alors que les mots s’efforcent de livrer des sentiments confus, faire sentir la fragilité de l’être dont les heures semblent comptées.


De fenêtre en fenêtre, le long des rues désertes, les regards de survie, de reconnaissance d’une humanité vouée à l’incertitude du demain, l’appel à la vie, l’amour, le souvenir, le regret sans consolation pour ceux emportés par ce temps « fou », malheureux.


Comment faire face à la solitude, à l’isolement, à la peur de mourir sinon en les affrontant, rêver, espérer, retrouver le rythme naturel de la vie paralysée par la peur ? La fête de Pâques  devient « signe d’Espérance » :
« Faire de l’exil
une terre de retour,
de l’immobile une transhumance,
de la distance
un accueil,
de la perte
une partition
pour les notes de la vie. »


La métaphore ne manque pas de créer les images de la vie sur l’horizontale et sur la verticale, surtout celle de l’oiseau que retient le regard captif. Il ranime l’envie de s’échapper du confinement, de se réjouir de la vie ; ou  l’image de l’arbre, lien entre la terre et le ciel, riche de sens :
« Chien de garde tapi
en creux d’âme,
le manque attend
prêt à bondir
sur l’ombre fugace
d’un souvenir de liberté. »

Dialogues avec le jour d’Isabelle Poncet-Rimaud ne reste pas dans la pesanteur de l’isolement et, de la peur, mais retrouve l’espérance, exhorte à la vie, « à la ferveur d’exister  »

 

Sonia Elvireanu

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2021 6 16 /10 /octobre /2021 06:43
Sous l’horizon des mers - Tableau d’Eliane Hurtado©


 


Du clair à l’obscur
Aux ombres enluminées,
C’est l’ébauche renaissante
D’un grand violoncelle vermillon
Aux reflets carminés.
En orée de foret
C’est le reflet miroir
Sur le bleu turquoise
Du talisman de l’aube.
C’est l’évanescence envoutante
D’une jeune femme troublante
A peine vêtue d’écume de mer,
Tutoyant amoureusement Schubert.


©Michel Bénard.          
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droit

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche