Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2022 3 28 /09 /septembre /2022 06:41


 

 

La vie cadeau sublime
Comme à la fleur, à l’oiseau,
Nous est donnée
Pour, pendant un nombre
Inconnu de lunes
Et de grands beaux soleils,
Sur cette Terre,
Malgré les embûches,
Cheminer.
A notre naissance,
La santé héritage inestimable
Nous est léguée,
Qu’il nous faut préserver,
Cette richesse

 

Mal partagée, est à jamais,
Inconnue de certains,
Apprendre sans cesse,
Chercher à comprendre
Fortifie celle de l’esprit
Et renforce le corps.
Il nous appartient de
Toujours espoir garder,
D’aimer l’Autre, la vie et
La beauté des choses,
De ne jamais oublier
De rire de ses infortunes
Car « rire c’est la santé! »

 

© Gérard Gautier  
Extrait du recueil « Errances choisies » aux éditions L'Echarpe        
 
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2022 2 27 /09 /septembre /2022 06:44


 


Voie d’escale, l’horizon du sentier gravite sur la pente du jour.
Contredanse aux heures, le ballet des fougères module sa verve.
Le jour claudique. Le soir vient en maître. Entre ombre et lumière,
les fougères penchent incertaines du choix.
Jour battu, la nuit distribue son jeu. Écartées, nos heures sont reines.
Cousues de sommeil, elles incendient tout désarroi. Elles roulent en
boule le monde draps et songes défaits, cueillent aux plis de l’œil
fougères et sentier mêlés.

 

©Béatrice Pailler  


Extraits d’Aubier
Revue Écrit(s) du Nord
N° 35-36 2019

 
 

 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2022 1 26 /09 /septembre /2022 06:37

 
 

 
Poèmes Lauréats Concours Jeunesse SPF 2022

 


Je suis venue à vous par le ruissellement de mon sang
Par la voix d'un blessé sur les tranchées
Par l'évanescence d'un cri oublié
Dans le blizzard ballottant

Je suis venue à vous parmi les affligés
Affrétée du bleu que doit la mer au ciel
Fermée aux mensonges des espiègles
Dans leurs mains creuses tels de faux aumôniers

Je suis venue à vous pour me livrer sans barguigner
Le sang des justiciers badigeonné sur mes socquettes
Ayant mis sous le blé quelques notes dans ma musette
Que me pèsent les mots comme véracité à prouver

Je suis venue à vous dans la misère et la mendicité
Des bouches qu'implorer a barbouillé de poussière
D'abeilles égarées et solitaires
Qu'un vent de misère à de faim sustentée

Je suis venue ridée de la calamité de cette saison
Qui bat au glas les champs, l'espérance et les rêves
Dans la pâleur de ce printemps de misère
C'est vrai que la géhenne n'attend pas la fin de la fauchaison

Je suis venue livrer la gabelle des pourritures
Aux criquets des closeries rasées
Je suis venue déposer mon cœur à la margelle du puits des traités oubliés
Regardez-le émietté et abandonné en vaine pâture

Je suis venue lever votre indifférence
Dans la brume que traque le soleil
Avec nos mots pour nos plaies
Arrachés aux collets des coquelicots qui se balancent

Je suis venue les mains vides et les pieds nus
Pour mendier la paix et la justice
Sur les rives des eaux humanistes
Je suis venue à vous qu'on me dise qui es-tu


©Sara TIMB

ETUDIANTE – DOUALA, CAMEROUN
PRIX 2022 DE LA POESIE HUMANISTE

           
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2022 7 25 /09 /septembre /2022 07:14
©W. Bulach – Wikimedia Creative Commons


 

Mensurations du rêve


roulant nos têtes d’enfants
dans le canal du vent et dans l’air de la foulée
joyeux analphabète un amour étourdi par nature prend
des chemins non balisés d’eaux douces et d’eaux salées
et puis sa norme de vitesse enfin entre deux baies
de danses sablées
les années nous blanchissent sans nous apprivoiser jamais
moi j’allais avec mes mains trop petites pour tout embrasser
l’eau sur une épaule vers ce pays de liesse que je voulais
habiter
avec la seule part qui m’était assignée
quand on a assassiné Dieu depuis si longtemps les clés
ne viennent que sur le tard la vie est brève et on est quitte
entre tambour et gémissement dont les massifs forestiers
ont le secret je t’invite sur un promontoire
où l’écho poussé par les vents s’évade
dans les mensurations
de nos rêves

 

© Barbara Auzou.                

Extrait du recueil « Mais la danse du paysage » @( Poèmes)-Barbara Auzou-5 Sens Editions Genève( Suisse)        
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2022 6 24 /09 /septembre /2022 06:55

 
 

Nous étions en hiver
Nous étions au printemps
Nous étions je ne sais quand
La guerre en toile fond
La paix en toile de fond
La toile de fond secondaire
Il importait
Que je m’accomplisse
Que je fisse
De ma vie un terrain de Je
Il importait...
Le Je était en jeu
 
© David Chomier
Extrait du nouveau recueil de David Chomier : Vivons à Mort                
 

 
 
 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
23 septembre 2022 5 23 /09 /septembre /2022 07:02
image reçue de l’auteur du poème


 

 


J'ai poussé l'édifice d'un château enchanté,
Je me suis invitée au palais des histoires de princesses et de chevaliers masqués,
Sans hésiter j'ai ouvert la petite porte des secrets,
Qui s'ouvrait sur la chambre des souhaits,
Tout au fond se tenait le miroir aux visions illuminées,
J'ai vu une silhouette s'y refléter et,
Je me suis approchée,
Je me suis dit que c'était exactement ce que je souhaitais mais,
Il n'y avait ni prince ni chevalier,
J'y ai vu mon propre reflet et,
Je me suis contemplée...
Je me suis trouvée de toute beauté,
C'est bien là que j'ai compris,
Qu'il était temps que j'apprenne à m'aimer,
Qu'un prince ne changerait rien à ce que j'étais...
 

©Djida Cherfi   2020.
             
 
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits...

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2022 4 22 /09 /septembre /2022 06:43

 

 
Dieu marche dans l’air comme sur les eaux
Ses talons caressent les fronts de tous les Adam
de toutes les  Ève
depuis le commencement du monde jusqu’à présent
 
ils passent à travers l’histoire
essuient la sueur de leur front comme de la rosée
leur passage n’est qu’un labeur sans cesse
ils sentent Ses talons comme une nostalgie
comme un rêve
 
les matins je marche les talons nus dans l’herbe
la rosée est bien Sa larme
dans mon cœur comme une mémoire
surgit le paradis perdu

 

 © Elina Adam                                                               
 
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2022 3 21 /09 /septembre /2022 06:28


 

La voûte céleste
Vient de s’allumer,
La lune veille
Sur l’étoile du berger.

 

Les oiseaux se sont tus
Laissant place
A la douceur
D’une nuit d’extase
A la caresse de la brise,
A la contemplation
De l’univers
 

©Eliane Hurtado
 
 
 
 
 

 
 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2022 2 20 /09 /septembre /2022 06:51



 
Avant d’entrer, dimanche, dans l’isoloir pour le vote du second tour de l’élection présidentielle, je vous livre ces quelques lignes écrites au dos de la profession de foi d’un des candidats.
 
Toutes les époques disent à peu près la même chose. Elles se plaignent de leurs rhumatismes ou de la monotonie de l’existence. Hier était mieux qu’aujourd’hui.
 
Pourquoi se plaire à perdre tant d’énergie à philosopher sur les aventures de boudoir en y mêlant quelques digressions sur l’argent ? Ah ! la comédie humaine, les français aiment ça. Pardon, j’oublie la météorologie, sujet majeur avec la pluie et le silence des nuits froides.
 
Aurait-on perdu le modèle, la matrice à fabriquer des héros ? D’Artagnan revient !
 
Oui, nous avons besoin de chevauchées, d’amours, de festins, de rêves et d’amitié, en y ajoutant une once de nostalgie pour rehausser l’élan novateur.
 
Oui, c’est l’allégresse qu’il nous faut, l’esprit d’aventure, le goût de fringantes silhouettes et la douceur des alcôves. N’en déplaise aux esprits chagrins.
 
Il faut vivre autrement en 2022 en légitimant la métaphore ; ce mot doit revenir à la mode sur l’agenda du futur ministre de la culture.
 
Tout va vite, trop vite – audio – vidéo – texto : C’est le marqueur du temps en ce nouveau printemps.
 
AIMER, voilà le mot qu’il convient de graver en ce 24 avril 2022, avec l’espoir d’une aube lumineuse :
            S’approcher de l’encrier où chantera la source
            Prendre une plume d’où jailliront des chants d’oiseaux
            Ouvrir un livre d’où s’envolera un papillon bleu.
 
                         AIMER, AIMER, AIMER


©Roland Souchon

www.rolandsouchon.com
 
 

 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2022 1 19 /09 /septembre /2022 06:43

 

Poèmes Lauréats Concours Jeunesse SPF 2022

 


 


Pour toi ma sœur, je pense à toi chaque jour
Et même sous la danse mélancolique des flocons
Je viens déposer doucement une petite rose rouge
Sur ta tombe blême, remplie de notre amour à tous.

 

Je suis si triste, les souvenirs de toi m’envahissent
Toutes nos bêtises, nos éclats de rire, que du bonheur
Et vient le malheur, la douleur qui te tend la main
Puis viens la mort qui t’accueille dans ses bras.

 

©Rébecca DELESTRE
– 6ème – 13830 ROQIEFORT-la-BEDOULE
1er PRIX SECTION CM2 et 6ème

       
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche