Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 août 2022 1 01 /08 /août /2022 06:49
Photo Jdornac©


 

 


Ton envol éphémère
Traverse l’obscur,
Grand oiseau blanc
Eclos de la blessure de ma nuit
Au coeur de l’imaginaire.
Reviens grand oiseau blanc,
Signe la musique secrète
Des nobles mots figés
Sur le fil de mes incertitudes.
Déploie tes ailes clairvoyantes,
Etire-les
A la rencontre de mon étoile rebelle,
Reviens me révéler
Le secret du verbe
Et ensemencer d’amour
Ma terre à l’aube naissante.
 
©Nicole Portay
Extrait du recueil : Les racines du miel - Editions les Poètes français      
 
 
 
 

 
 
 
 
Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits
Partager cet article
Repost0
31 juillet 2022 7 31 /07 /juillet /2022 06:37


 

Poèmes Lauréats Concours Jeunesse SPF 2022  
 

 

 

Je n'écrirai pas à ta place. Parce que je ne sais pas utiliser les mots aussi bien que toi. Lorsque moi je regarde la mer, je vois la mer. Toi, lorsque tu regardes la mer, des vagues de proses s'agitent dans ta tête et à la fin, je suis trempée d’émotions.

Je n'écrirai pas à ta place. Parce que je n'ai pas cette capacité à retourner le cœur des gens, retourner les mots dans tous les sens pour leur donner une nouvelle existence. Je ne sais pas les rendre sublimes ; je ne fais que les regarder, alors que toi, tu les réveilles pour nous montrer en eux toutes leurs beautés.

Tu fais des virgules, des respirations pour ceux qui étouffent. Tu fais des points, des racines pour ceux qui dans leurs souffrances, s’engouffrent.

Je n'écrirai pas à ta place, parce que je ne sais pas associer douceur et gravité : Tu sais parler de la mort sans jamais rendre ce sujet, lourd, d'une tristesse infinie ; tu le transformes, je suis la spectatrice, tu es la magicienne qui sort de son chapeau, les colombes de la poésie.

Je n'écrirai pas à ta place. Parce que tu n'as tout simplement besoin de personne pour écrire comme tu le fais. Ai confiance en toi, le monde a besoin de tes mots pour pouvoir enfin respirer.

Lola BERTHOME
– ETUDIANTE – 17400 LA VERGNE
PRIX DE LA PROSE POETIQUE 2022

       
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2022 6 30 /07 /juillet /2022 06:33
©HOMA KARIMABADI, UNIV. DE CALIFORNIE


 

 

Une curieuse aventure
à mener sans bateau
si possible sans ramer.
 
A l’eau se jeter, plonger
aux abysses de mémoire
y barboter, s’y prélasser.
 
Qu’importe si l’on en revient
alourdi ou non de poissons
 
pourvu qu’enrichi d’un plus
de conscience de notre chance
de présence au monde

 

©Jeannine Dion-Guérin
                 
 
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits...

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2022 5 29 /07 /juillet /2022 06:08
Oeuvre reçue de l’auteur


 

J’ai gravé un secret sur une stèle de sable
Y ai glissé mon cœur pour conserver au chaud l’entame d’une histoire
Toute fraîche moulue, désir inavouable                                 
Esquisse d’un bonheur érigée à la gloire
Des amants insatiables.
 
J’avais surpris la veille une belle ingénue.                                 
Dévoilée sans pudeur au sortir de son bain                            
L’éblouissante muse promise à mon destin Saillait à demi nue                  
D’un calice d’airain.
 
Portrait en rouge et or adossé à l’azur
L’infante déployait sa longue chevelure
Déroulant au soleil une crinière de feu parsemée d’éclairs blancs
Champ de blés aux corbeaux digne du grand Vincent.
 
Sans perdre une miette de l’image muette
Marchant à pas de loup j’ai rejoint la nymphette.                               
Fragile apparition, aussi vive et légère qu’un plumet d’alouette
 
La jeune impertinente m’enquit de la soustraire au monde des naïades
Mais surtout sans tricher : ni questions, ni œillades.                         
Car surgie des ténèbres à la moindre incartade                              
La mort l’enlèverait pour mieux l’ensevelir                               
La tenir par ses sbires cloitrée en son empire                              
Me privant si j’osais Des fruits que je lorgnais.
 
Interdit par la voix suave d’Eurydice                                 
J’assurai par ma foi et par mon sacrifice
De sceller à jamais les yeux du maléfice.                                
Une dame princière confiée à ma bannière                          
Valeureux chevalier, j’en ferais mon affaire                               
La cachant en secret au creux de ma tanière.
 
J’ai drapé l’amphitrite d’un fin voile de brume                         
Chrysalide lovée dans sa prison de plumes                                
Maquillé son minois d’une coquille Saint-Jacques                           
Pour que ne s’évapore l’arôme aphrodisiaque                                
Exhalé par son souffle divin, démoniaque.
 
À l’heure où l’horizon s’irise de tisons
J’avais soustrait leur proie aux griffes des démons.    
Au diable les enfers
Nous n’avions plus à craindre les feux de Lucifer.     
L’Éden était sur Terre.
 
Hélas pour l’histoire et pour les enfants sages                              
Un crabe aux pinces d’or a rompu le mirage.                         
Trottinant de côté il a gravi la plage                              
Sans permis ni ambages                                            
Poussé le coquillage.   
                                                   
D’abord surpris Et puis ravis                                                 
Les endiablés ont festoyé.
De caresses et baisers Ils se sont rassasiés
Pinçant et grignotant le vœu qui nous liait.
 
Revenant à la dune les bras chargés de perles semées par la rosée
De fleurs et de fruits colorés et sucrés
J’ai trouvé une épine marquée du sceau du Diable                            
Enfoncée dans le cœur d’une rose des sables.
 
J’ai écrit cette histoire
Sur la stèle en mémoire
D’un amour éphémère, fugace, dérisoire                             
Prisonnier en étau
D’un bouquet de roseaux.
 
©Serge Lascar

 

 

 

 


Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2022 4 28 /07 /juillet /2022 06:43


Liminaire et illustration de couverture de l’auteur.
Format 13 x 21 ½ - Nombre de pages 158 –
Editions – Librairie-Galerie Racine – Paris- VI -ème

 

Cet ouvrage récent du Claude Luezior « Un Ancien Testament déluge de violence » est sans doute dans sa longue bibliographie une de ses œuvres la plus révélatrice, mais également la plus lucide et à n’en pas douter la plus incisive.


L’Ancien Testament ! Nous le savions, mais c’est pour le moins sidérant, car au-delà de toutes ces horreurs divines, il s’agit bien parait-il d’un « bon Dieu » d’amour et de compassion. Cependant les révélations donnent froid dans le dos.


Il est des livres dits Sacrés ou Saints qu’il vaut mieux ne pas mettre entre les mains de certaines personnes fragiles ou avides de pouvoir, ce qui pourrait leur donner de très mauvaises idées, car, de par leurs penchants naturels, ils n’ont vraiment pas besoin de conseils douteux ou mal interprétés.


Quant à prêter serment ou jurer sur la Bible cela peut apparaitre comme une insoutenable hypocrisie et un mensonge éhonté.


Au travers de son ouvrage « Un Ancien Testament déluge de violence » Claude Luezior ne porte aucun jugement, simplement il se place en simple observateur. Belle clairvoyance sur ces plaintes mortifères ayant poussé sur un terreau dénaturé.


Claude Luezior soulève et remet en question les aspects majeurs des livres Saints ou Sacrés, censés nous oindre des huiles de leurs sages paroles ou aphorismes, alors que le plus fréquemment ce n’est qu’un déferlement de violence, de haine, de vengeance, d’intolérance, bien évidemment le tout brodé par les fils de l’ignorance.


Claude Luezior ne fait que souligner les points sensibles et les excès des religions, des controverses, des révélations aveugles et primaires, des drames oubliés ou détournés par les absurdités de certaines lois dites divines.    


La légende perdure, Dieu créa l’homme ! Mais à n’en pas douter il semblerait que ce soit plutôt l’homme qui créa Dieu ! Mais à qui adresser la plainte pour cette supercherie ? Cet Ancien Testament était déjà la base fondamentale de La Commedia dell Arte. Même les enfants auraient du mal à cautionner ces bouffonneries. Mensonges, délations, trahisons, incestes, sodomies, toute la panoplie du genre humain de la plus méprisable espèce.


Ici, le souffle divin n’est guère porteur d’amour, il dispense des senteurs de génocides, de terres brulées, de crimes contre l’humanité avant le nom, la grande farandole biblique s’organise, le tout cautionné par la sainte contribution des miracles inexpliqués autant qu’inexplicables.


Claude Luezior nous offre un ouvrage qui extirpe de l’ombre les esprits obtus en dénonçant les inepties des religions, sans parler des multiples duperies et arrangements des écritures apocryphes. Simple jeu de bon sens.


C’est à croire que l’histoire se renouvelle malgré l’expérience du passé et les dangers programmés. Les incohérences, les infantilisations, les grandes mascarades et bouffonneries prennent la dimension de la mise en scène biblique. Les absurdités sont pléthores.


Notre poète souligne ou ironise sur l’absurde kafkaïen des situations, les constats sont multiples et croustillants, il suffit de lire simplement cette démonstration biblique où carnages, guerres, génocides, lynchages, mise à mort ou ce besoin de juger sont toujours à l’honneur. Dieu en sa grande mansuétude est juste et bon, ses actes ne peuvent être remis en question ou gare ! Sans oublier que notre Dieu tout puissant a ses serviteurs zélés dans la lignée des Savonarole en autres où les buchers purificateurs ne sont jamais bien loin.


Inepties, controverses, aberrations sont de mises à chaque page du Saint Livre. Même sur le plan de la symbolique la plupart de ces préceptes bibliques, ne sont qu’interprétations des lois en fonction d’une cause ou d’une autre, l’ensemble se révélant être que d’inquiétantes incohérences.


Claude Luezior qui a le sens de l’humour, n’en a pas moins le sens du sacré, du mysticisme, se pose la question devant les épouvantables colères célestes : « Vous avez dit bon Dieu ? »


C’est sous cette éclairage courageux, lucide, critique, mais toujours objectif, que notre poète évoque tout le questionnement que peut soulever ce livre, ces livres prétendus Saints.


Mais avant de conclure, il me semble que tous les auteurs, traducteurs, exégètes et théologiens de tout ordre auraient dû consulter Erasme, auteur de l’ « Eloge de la folie » qui sans  doute aurait trouvé le remède et les aurait aidés à démêler tous ces imbroglios bibliques au risque lui-même d’être frappé par la colère divine.   
« Le nombre de fous est infini. » (Ecclésiaste 1, 15, selon la Vulgate.)


Un espoir cependant, tout à la fin de cet ouvrage qui comporte plus de 350 citations bibliques: Claude Luezior, qui ne prétend nullement être un théologien, distingue bien entre l'Ancien et le Nouveau Testament. Perspective humaniste et de paix entre les peuples, au milieu de ces plaies d'Egypte et affres d'ailleurs : ce qui est rassurant, c'est que le premier à les avoir remis en perspective est un rebelle d'un nouveau genre, incarnation du pardon et de l'amour, le Nazaréen Jésus Christ.


Lisez ce livre « Un Ancien Testament déluge de violence » vous serez étonnés, voire bousculés dans vos convictions, mieux, d’accord ou pas d’accord avec les dits de Claude Luezior vous serez emportés dans la spirale d’une interrogation qui ne vous laissera pas insensibles.  


©Michel Bénard.                      
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2022 3 27 /07 /juillet /2022 07:01
Image fournie par l’auteur


 


Là où s'envolent les rêves en réverbération contre les montagnes,
Tu m'as mise face à moi même,
Face A la réflexion de ce qui se cache au fond de mes entrailles.

 

Il a suffit d'un instant
Pour oublier le présent
Il a suffi d'un éclat de rire
Pour concevoir tout un avenir.

 

On dit que ça rend fou
Mais nous l'étions déjà je crois,
Cela ne venait pas que de nous
Mais du destin et de ses lois.

 

Je t'ai enfin rencontrée toi ma destinée
Mon futur volé mon ambition refoulée.
Tu reviens en appartenance
A celle pour qui tu as longtemps été symbole d'espérance...

 

©Djida Cherfi  
 Le 11/07/2022

                 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits...

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2022 2 26 /07 /juillet /2022 06:41

 

Traductions de Béatrice Gaudy

 

 

A pas de colombes
ils marchent entre les bombes
Les insultes à éviter
autant que les coups
pour que revienne plus vite
la Paix


* * *


Diploumata


A pas de couloumba
i marche entre la boumba
La insulta à eivita
aitant que loû cop
pèr que tourne mai vite
lo Pèi


* * *


Diplomatici

 

Con passi di colombe
camminano ira le bombe
Gli insulte da evitare
quant i colpi
per che torni più presto
la Pace


©Béatrice GAUDY                        
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2022 1 25 /07 /juillet /2022 06:54

 

L'été a ouvert grand ses portes,
La plage est où je me téléporte
Pour goutter à l'écume salée,
Aux hautes vagues, hors de ma portée
Aux grains de sable dorée
Brûlants, réchauffant mes pieds.

 

L'été a fait son entrée,
À présent, nuit blanche à volonté
Pour les esprits insomniaques éveillés,
Ou plutôt créatifs et pleins de projets.

 

Sous les étoiles qui illuminent le ciel
Le repos n'est pourtant pas éternel.
Profitons alors tant que l'on peut
De cette jolie saison et soyons heureux.

 

© Mounia CHELOUAH            
 
 
 

 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2022 7 24 /07 /juillet /2022 06:46


 


Poèmes Lauréats Concours Jeunesse SPF 2022  
 

 


allez viens
que je partage avec toi
un silence
un silence?
tu comprendras

et je t’ai suivi
sur un chemin serpentant
à travers les doutes
et les pressentiments
jusqu’au fond de ton regard
où dormait
une graine d’espoir

en silence
une promesse
a réuni nos deux âmes

Jagienka SZULC-BAGROWSKA
– 25 ans – LODZ POLOGNE
PRIX DE LA FRANCOPHONIE 2022

     
 
 

 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2022 6 23 /07 /juillet /2022 06:48


 

Un poème de l’un de ses amis proposé par Gérard Gautier : Echarpe POESIE 2022 AMIS

 

 

Entrée du code cosmique  
Depuis l'ère mégalithique
Et au-delà

Entrée des vents de lumière
Dans la Nouvelle ère
Celle de la Rédemption
Inaugurée par l'Aimé
Le Christ solaire
Et au-delà

Dans ce Champ cosmique
Se déploient les arcanes
Les atomes de l'ère nouvelle

Ère nouvelle, Cosmique
Inaugurée par le Ciel
Déploiement des lumières
Venues du Ciel

Plongée dans le Temps
Dans les images du temps
D'avant
De bien avant
Celui d'hier
Et de bien avant
Qui rejoint celui du Maintenant
Celui du devant

Plongée dans les images figées
Dans la Lumière du premier temps
Du départ initial
De la Création

Plongée silencieuse
Pour retrouver le Départ du Temps
Et des escales dans le long Chemin de Vie
Quelques secondes sur la Route infinie
Du Temps
De l'Univers
Marqueurs oubliés
Cachés
Dans le Fil du Temps
Du Fil déroulé dans la Mémoire oubliée

Chants oubliés et retrouvés soudainement
Dans la Mémoire de l'humanité

Chants longtemps cachés
Recyclés
Enfouis dans les Nombres
Sacrés
Dans les pyramides
Dans les pierres du monde
Dans les mondes souterrains
Les mondes de l'intra-monde
Les mondes de l'éther blanc
De l'invisible

Cachés dans les vibrations
Du Temps

O pèlerin

Passe ton chemin
Et va silencieux
Sur la Route des étoiles
Des cieux
Qui entre-ouvrent les Portes du Nouveau Temps
Celui du Verseau

À cheval sur les étoiles
Du Temps
Dans le Souffle infini
De l'Instant
Sois toujours présent
Dans ta Quête de Lumière
Dans l'Instant

Les Maîtres d’Orion

©Jakez GAUCHER

http://chants-de-l-ame.over-blog.com /

 
 
 
 
 
 

 

 

Voir en fin de page d'accueil du blog, la protection des droits

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Couleurs Poésies 2
  • : Ce blog est dédié à la poésie actuelle, aux poètes connus ou inconnus et vivants.
  • Contact

  • jdor
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...
  • Amoureux de l'écriture, poésie, romans, théâtre, articles politiques et de réflexions... Amoureux encore de la beauté de tant de femmes, malgré l'âge qui avance, la santé qui décline, leurs sourires ensoleillent mes jours...

Recherche